Résidence Planchette

  • LIEU

    +
  • CLIENTS

    ELOGIE

    +
  • ANNÉE

    2015

    +
  • STATUT

    Réalisé

    +
  • PROGRAMME

    Foyer d’accueil médicalisé et services d’accompagnement

    pour personnes handicapées mentales vieillissantes            

    2 250 m²

    +
  • ARCHITECTES

    AZC

    Grégoire Zündel, Irina Cristea

    Concours – 

    Etudes – 

    Chantier – Cecile Conduche, Stefano Lunardi, Valentine Jamet

    +
  • CONSULTANTS

    BET TCE – OTE Ingénierie

    Bureau de contrôle – SOCOTEC

    Coordonnateur SPS – QUALICONSULT

    Coordonnateur SSI – Namixis

    Environnement – QUALICONSULT ENVIRONNEMENT

    +
  • ENTREPRISES

    AMT 

    +

Ce projet est lié à l’histoire de la parcelle du numéro 232, rue de Charenton, qui est longée par la ruelle de la Planchette, un ancien chemin présent sur les plans de la ville depuis 1789 et qui menait aux champs cultivés. Dans un contexte foncier et immobilier tendu, lié au système urbain complexe de la ville de Paris et du quartier de Bercy, le projet a mis sept années pour voir le jour.   Le site est entouré par des bâtiments voisins hauts, qui dessinent des masques d’ombre et par une maison d’angle qui l’étrangle et dont le propriétaire refuse de vendre. Néanmoins, l’orientation est intéressante, et les règles d’urbanisme vont dans le bon sens. Dans la partie Nord, côté rue de Charenton, on peut construire sur six niveaux, dans la partie Sud en cœur d’îlot, sur trois niveaux. Le rapport des occupants avec la ville a été une de nos principales préoccupations. En rez-de-chaussée sur la rue de Charenton, se trouve le hall d’entrée, sur la ruelle de la Planchette on retrouve un accès de service et entre ces deux entrées, au long de la ruelle de la Planchette, l’administration,  l’accueil des familles et une partie du pôle paramédical. En dessinant la circulation en baïonnette, nous avons distingué au cœur de la parcelle de grands espaces et côté ruelle de la Planchette les petits bureaux. En partie centrale, il y a la salle polyvalente, visible directement depuis le hall d’entrée et les deux grandes salles dédiées aux activités et à la lecture. La présence de grands espaces centraux vitrés, comprenant le patio qui est lui-même une « salle extérieure », aide à préserver la transparence au niveau du rez-de-chaussée. Les patios sont des points de contemplation à la manière des patios japonais, lieux vers lesquels s’orientent les vues depuis les espaces de vie communs. La circulation cesse d’être un « couloir » pour devenir un « parcours». On se rend d’un point à l’autre du bâtiment en regardant dehors. L’architecture recherche la dualité dans le choix et l’application des matériaux. Côté ville, une peau d’aspect neutre, discrète et pérenne, en parement extérieur en béton à haute résistance, de couleur grise, donne une tenue urbaine à l’édifice. Coté patios un bardage en bois de mélèze, qui ne nécessite pas d’entretien, assure un aspect chaleureux à la vue des habitants.